Nice Côte d'Azur

Nice Côte d’Azur s’appuie sur Smart Destination pour son tourisme transfrontalier

Nice se positionne comme la première destination des jets d’affaires en Europe devant Paris et Londres. Il était déjà en 2016 le 3e aéroport le plus fréquenté en Europe par les jets privés. Mais à l’occasion des évènements sportifs et culturels importants de cette année sur la Côte d’Azur, l’aéroport est devenu l’un des endroits plus fréquentés par les avions privés et commerciaux.

Smart destination est le nom du nouveau projet européen transfrontalier que la Métropole Nice Côte d’Azur vient de remporter avec ses partenaires français et italiens. Il permettra d’expérimenter, dès janvier prochain des applications mobiles innovantes et des outils visant à promouvoir un tourisme transfrontalier. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du programme européen Marittimo, accompagnera la mise en place d’expérimentations entre les territoires de la Métropole Nice Côte d’Azur, et des Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ligurie, toscane et Sardaigne

Read More

tourisme au Maroc

Tourisme au Maroc : évolution en 2017

Si le tourisme tunisien a été confronté à un grave problème suite à l’attentat en Sousse en 2015 qui a fait 38 victimes touristes et tente encore de s’en remettre en ce moment, ce de son voisin, le Maroc, connait toujours une progression chaque année. En effet, cette année2017 encore,  selon le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, le tourisme marocain a connu un accroissement de 9 % par rapport à la même période en 2016 avec 4,6 millions de touristes entre janvier et juin 2017. Le ministère a également indiqué dans un communiqué sur les statistiques du tourisme en Maroc durant le premier semestre de cette année, la progression du nombre des touristes étrangers (TES) de 14 % et ce des enfants du pays résidants à l’étranger en hausse de 3%.

Read More

Tourisme en Tunisie: Evolution en 2017

Tourisme en Tunisie: Evolution en 2017

La Tunisie a toujours été l’une des destinations touristiques les plus prisées au monde. Cependant, suite à l’attentat dans la station balnéaire de Sousse en juin 2015 qui a produit la mort de 38 touristes, les voyageurs venus du monde entier, notamment les européens, ont eu une réticence envers le tourisme tunisien. Deux ans après, soit cette année 2017, ce dernier commence àredémarrer peu à peu. Cette réouverture du marché touristique a émerveillé les responsables du secteur vu qu’il constitue le 7% du PIB de la Tunisie. Par contre, la Tunisie est encore actuellement loin du compte.

Evolution de Tourisme en Tunisie en 2017 : l’Algérie reste en tête

La Tunisie a pu accueillir, du 1er janvier au 20 mai 2017, 1.725.891 touristes, soit une évolution de 46,2 % si on fait une comparaison avec les entrées touristiques de 2016 à la même période, et plus de 4,6 millions de touristes à la fin du mois d’Août dernier.

En 2016, le tourisme tunisien a été sauvé par les Russes et cette année même, jusqu’au mois de Mai 2017, la Tunisie a accueilli 44.754 touristes russes. Ce qui leur fait des clients fidèles du pays. La raison principale de cette prépondérance russe en est la brouille qui est apparue entre Ankara et Moscou en 2015, suite à l’abattage par l’armée turque d’un avion de l’armée russe. Ainsi, les agences de voyage russes détournaient leurs clients des sites touristiques turcs qu’elles avaient avant l’habitude de leur conseiller et à la place, elles les orientaient vers la Tunisie.

Quoi qu’il en soit, les touristes maghrébins restent les clients potentiels des hôtels en Tunisie avec un pourcentage de 60,2 % de touristes, soit 1.148.037 personnes au cours de cette période. L’Algérie détient toujours la part du lion avec un accroissement de 68,3 %, au nombre de 628.350 entrées. Vient après lui, la Lybie avec 498.987 touristes, soit une hausse de 37,2 %.

S’agissant du tourisme européen en Tunisie qui est surtout français et allemand, il reprend petit à petit. Même si actuellement il ne constitue que 17 % des entrées globales, il a quand même connu une évolution de 31,1%. La première position revient à la France avec ses 400.000 touristes à peu près, soit un accroissement de 44 %. Elle est suivie par l’Allemagne avec 37.909 touristes, les Italiens (28.807 touristes) et les anglais avec 8.943 entrées.

Par ailleurs, la visite de 379.714 Tunisiens résidentsà l’étranger a été enregistrée cette année 2017, soit une augmentation de 9,4 % en comparaison avec l’annéeécoulée. Elle représente le nombre total des non-résidentsqui comptentplus de 1,9 million.

Une faible progression des recettes touristiques :

Malgré cette évolution du tourisme en Tunisie, le pays ne s’est pas encore totalement remis de la révolution du Jasmin. En effet, les niveaux d’avant sont encore loin d’être atteints. Par conséquent, les recettes touristiques ne comptent actuellement que 491 millions de dinars si en 2015, elles ont atteint les 783 millions de dinars. De part cela, on peut constater une faible croissance de 5,2 %.

Les efforts déployés et prévus par la Tunisie pour relancer son tourisme :

Une campagne de promotion a été organisée par le gouvernement tunisien mai dernier sur le marchéalgérien avec un million de dinars comme budget. Une autre aussi a été faite pour promouvoir le tourisme intérieur. En plus de cela, la Tunisie a participé à de nombreux salons dans divers marchés touristiques et elle a organisé 40 visites de 187 journalistes et quelques visites de prospection de 1128 agents de voyage afin de booster son tourisme en Pologne, en Russie ainsi que dans les marchés du Golfe Arabe (Emirats Arabes Unis, Sultanat d’Oman, Arabie Saoudite, Jordanie et Qatar). Par ailleurs, lors du 1er trimestre de 2017, 3332 visites d’inspection de l’auto sécurité et de la qualité des unités touristiques ont été enregistrées, en hausse de 32% par rapport à l’année dernière, à la même période. Enfin, le Président de l’Observatoire Tunisien du Tourisme (OTT) a souligné que même si l’image du tourisme tunisien s’est améliorée ces derniers temps sur certains aspects, il faut quand même rester prudent car la matière reste tout de même fragile. Il est, de ce fait,selon lui, obligatoire de continuer à soigner l’image de la destination. Ce dernier qui dépend principalement de la qualité des services proposés par les hôtels (nourritures, accueil, infrastructures, propreté, etc.).